Quoi
  • Boissons Vitamines
  • Jus et boissons
  • A La Ferme
  • Côté Jardin
  • Côté Mer
  • Côté Travaux
  • Côté Resto
  • Commerce Bio
  • A la personne
  • Hotels
  • Services
  • Côté Psycho
  • Dépannage
  • Formation
  • Shopping
  • Toutes catégories

Urbanisation contraire au discours écologique français

Economie française – chiffres 2015 /2016 / 2017

L’emploi dans la population française et sa géographie

Vue d’ensemble

Le fonctionnement de presque 68 millions de français tient à 29 millions de travailleurs (42% de la population) avec la fiscalité et celle des entreprises du secteur privé (impôts & cotisations). Le secteur privé représente 20 millions de salariés (29% de la population) composé de 800 000 intérimaires, secteur privé auquel s’ajoute environ 2,5 millions de cotisants sans revenu (principalement des auto-entrepreneurs et des professions libérales).

88% du travail s’exerce sur 22% du territoire français
25 millions d’employés / salariés dépendent des villes (toutes tailles confondues). Environ 5 millions d’entre-eux (20%)  travaillent dans les 20 plus grandes villes françaises.

Population inactive professionnellement : 39 millions

Retraités & jeunes

26 millions de personnes

Retraités : 14 millions de personnes
Jeunes de moins de 18 ans à charge : 12 millions

 

 

NB : une partie des retraités et des jeunes de moins de 18 ans exercent une activité à temps plein ou partielle (3 millions environ)

Inactifs permanents

Environ 6 millions de personnes

Chômage & RSA

Total des personnes sans aucune activité : 4,5 millions de personnes

Environ 3,5 millions de chômeurs inscrits*

* nombre de personnes sans emploi ne s’actualisent plus

RSA : environ 5 millions de personnes
Presque 2 millions de personnes sont proches du taux plein

Handicap et maladie

Total des inactifs professionnels : 3 millions de personnes

Environ 10 millions de personnes handicapées en France

Allocataires de pensions d’invalidité :
400 000 personnes en invalidité permanente
1,2 millions en invalidité partielle

Environ 10 millions de personnes en arrêt maladie longue durée

arrêts alternant entre 6 et 36 mois

Employeurs

29 millions d’emplois

L’Etat

Fonctionnaires : 5,4 millions (hors assimilés fonctionnaires et agents publics contractuels). Enseignants : 740 000.

Le secteur privé & les travailleurs sans salaires

Salariés : 20 millions environ (dont 800 000 intérimaires environ) + cotisants sans salaire : 2,5 millions environ (agriculteurs, auto-entrepreneurs, etc…).

Géographie de l’emploi

Place des grandes villes

38 millions de français (56%) habitent des villes de plus de 10 000 habitants

– 30 millions dans les villes de 10 000 à 150 000 habitants
8 millions dans 20 villes de plus de 150 000 habitants (grandes agglomérations)

Les villes emploient 88% des salariés
Les villes occupent 22% du territoire national

Villes semi-rurales

12 millions de français (18%) habitent des villes de 2000 à 10 000 habitants

Villes rurales & villages

20 millions de français (30%) habitent sur 30 000 petites communes de 500 à 2000 habitants représentant 88% du territoire (en incluant les villes semi-rurales).

La France compte un peu plus de 35 000 communes

50% des français occupent des territoires ruraux ou semi-ruraux et dépendent pour leur emploi à 88% des villes.

NB : ce territoire rural et semi-rural est aussi celui des retraites, villégiatures et vacances de très nombreux français.

Inégalités & disparités locales

Aux inégalités territoriales de l’emploi s’ajoutent de nombreuses autres inégalités en lien avec l’action des villes.

  • Différences de salaire entre la campagne et la ville de 5 à 15% : on gagne davantage en ville.
  • Disparition progressive des services publics dans les campagnes. Les villes s’étendent, le périurbanisme gagne les campagnes et L’Etat organise des plans d’économie qui suppriment progressivement ses services ruraux (écoles, hôpitaux, bureaux de poste, etc…) en invitant les habitants ruraux à se rapprocher des villes.
  • Disparition dans les campagnes des services de la vie courante (épicerie, médecin, pharmacie, boulangerie, garage, assurance, etc…).
  • Disparition de communes avec les regroupements de communes

Dans cet ensemble de données au sujet de l’emploi, l’exode rural est acteur de ces inégalités et disparités liées à l’appel économique des villes.

La gestion de la ruralité par les centres désisionnaires (Paris et quelques agglomérations majeures) est portée par des intérêts économiques nationaux urbains avec, au coeur de leur volonté politique, le financement privé des communes. Ce sujet vous intéresse ?

La question de l’aménagement du territoire et de l’écologie est une question à la mode en ville et au Ministère de l’Ecologie. Les faits sont contraires avec la force du Capital et du Pouvoir des grands centres d’affaires, ceci dit sans faire de politique ni être politisé : le constat est sans appel.

 

La Nature est source d’emploi et d’avenir

La ruralité dans son ensemble est un acteur majeur des nouveaux modes de vie et d’aptitude à vivre dans une Nature faîte de différentes natures à protéger. L’emploi en fait parti. L’urbanisation intensive n’est pas un modèle soutenable ; chacun préfèrera à une heure de transports en commun celle de chants d’oiseaux (disparus eux-même à 80%). Chacun préfèrera à l’insécurité des villes des feuillages à voir et du bon air à respirer. De nouveaux mode de travail (et façons de travailler) ainsi que de nouveaux métiers (liés à la Nature) sont possibles dans la grande ruralité française.

Anthropocène attitude

Les enjeux écologiques et économiques se lient

L’économie et l’écologie forment un couple moteur du développement ; ils deviennent indissociables, nécessairement, indubitablement.

L’éco-logisme, au bénéfice des villes et des campagnes, fera sa part.

Il fera sa part de façon accélérée si l’Etat (tous gouvernements confondus) l’aide à faire sa part. 

Ce qui se réalise actuellement pour la ruralité & le développement des campagnes est impressionnant d’ambition écologique :  lire la suite.