Quoi
  • Boissons Vitamines
  • Jus et boissons
  • A La Ferme
  • Côté Jardin
  • Côté Mer
  • Côté Travaux
  • Côté Resto
  • Commerce Bio
  • A la personne
  • Hotels
  • Services
  • Côté Psycho
  • Dépannage
  • Formation
  • Shopping
  • Toutes catégories

Média collaboratif logique & libre

Soutenir le pouvoir d’achat et l’économie locale pour soutenir l’écologie et bénéficier des nombreux avantages sanitaires, sociaux, environnementaux  et financiers qui en .

 

S’aider soi-même en soutenant les autres

Elémentaire ma chère Watson !

Et si nous disions « au féminin » ce que « le masculin » n’entend pas ?

Récolter ce que l’on sème

Enrichir son village, son bourg, sa commune, sa ville et son quartier en faisant appel aux produits et services de proximité bénéficie à la qualité de vie. Logique !

Privilégier l’économie circulaire est le simple fait de diminuer les déplacements et transports en enrichissant un voisin qui nous le rend bien.

Agir sur le marché local est aussi une démarche d’indépendance face à tout type de centralisation et de concentration, une démarche de diversité où chacun peut agir positivement sur son cadre et qualité de vie en défendant par ce modèle l’environnement global.

Cesser de transformer le travail en fumée !

Développer le travail à distance

Contrairement aux pays anglo-saxons le travail à distance (ou home office) n’est pas une coutume française. L’entreprise française considère encore la présence du salarié comme une obligation comme si sa seule présence justifiait son salaire. Par possessivité et méfiance la hiérarchie française imaginerait encore le salarié comme un élément disciple rentable et exploitable par contrôle in situ.

Or le travail à distance est la clé de nombreux avantages sociaux et environnementaux. Ecologiquement il permet la diminution et suppression de nombreux modes de transport (en particulier l’automobile) avec pour conséquence immédiate la baisse massive de l’empreinte carbone (qui induit, en outre, une circulation urbaine et nationale plus fluide permettant des temps de trajet plus courts contribuant à la baisse des volumes de Co2, d’additifs et de particules émis). Economiquement il permet, par la baisse des dépenses en carburant et des transports en commun, la hausse du pouvoir d’achat. Socialement il libère du temps. Ce temps de transport pour un 1/4, 1/3, 1/2 ou plein temps est incompressible ; il interdit pour les uns tout complément d’activité et pour le plus grand nombre la possibilité de s’éloigner des pôles urbains (et de l’alimentation de masse).

 

Diminuer l’économie distante

La mise en concurrence par appels d’offres et devis concourent à l’augmentation de l’empreinte carbone, à l’appauvrissement des PME et du travail local, à l’enrichissement des plus grandes entreprises (et agglomérations) et à la mondialisation du commerce.

L’habitude (l’usage) veut que pour des travaux, des aménagements, des constructions, les administrations, entreprises et ménages concourent à la mise en concurrence d’entreprises locales avec des entreprises non locales (nationales et parfois internationales).

Force est de constater en regardant autour de nous que très souvent interviennent des entreprises distantes (pour ne pas dire éloignées de leurs sièges sociaux). Sont-elles moins chères ? Plus rapides ? De faible qualité ? Ou sont-elles meilleures avec de moindre salaires versés à des travailleurs intérimaires ou précarisés ?

Toujours est-il que nombre d’entreprises prennent la route des chantiers et livraisons à des distances telles que le coût financier du transport se pose dans leur rentabilité sans toutefois altérer leur envie d’aller plus loin en prenant des marchés seuils (dont les volumes leur permettent -avec les mêmes logiques concurrentielles- des négociations avec leurs propres fournisseurs et sous-traitants). Leur motif est celui de la Grenouille qui se veut aussi grosse que le Boeuf pour grossir vers des volumes d’affaires permettant à la fois financement bancaire et moindre fiscalisation.

A titre d’exemple : une entreprise nantaise qui travaille sur Poitiers et une entreprise pictavienne qui travaille sur Nantes (à compétence égale) est une aberration.

Prenons soin de négocier auprès de nos entreprises locales afin de diminuer les méfaits écologiques et sociaux.

 

La Marinière

Ecologie globale, économie locale et développement durable

 

 

Crédit : un film de Iolande Cadrin-Rossignol avec Hubert Reeves

 

#1 pépinière d’activités éco-logiques

 

Artisans, agriculteurs, commerçants, auto-entrepreneurs, petites & moyennes entreprises : boostez vos activités !

Visiteurs, vous recherchez une entreprise, un indépendant, un service de proximité, un producteur proche de votre lieu de connexion ou simplement de chez vous :

La Marinière associe votre lieu de connexion aux professionnels locaux pour promouvoir l’économie locale et l’écologie

Economie locale

Mise en avant d’activités géo-localisées au service de l’emploi local avec des circuits courts pour l’écologie et le développement durable

Dynamisme, progrès, qualité, environnement, solidarité – La Marinière se met au service de l’emploi et de la production locale en favorisant les circuits courts et l’inter-action entre les acteurs économiques & écologiques.

Proximité

Faire connaître son offre localement pour répondre à une demande en constante progression et bénéficier des atouts d’une économie circulaire avantageuse pour l’emploi et l’environnement.

Dialogue

Prioriser les circuits courts induit un dialogue direct avec de l'inter-action entre les acteurs économiques (consommateurs / producteurs - entreprises - administrations)

Visibilité

Mise en avant d’activités de proximité : La Marinière met à disposition de votre entreprise et/ou activité professionnelle la publication gratuite de votre page professionnelle ainsi que de nombreux moyens de communiquer pour promouvoir vos activités en dynamisant l'économie locale, l'écologie et l'inter-action sociale.

 

#1 laboratoire d’idées pour l’avenir

Ecologie globale

Chaque humain sait que la Terre est son bien le plus précieux. Ce qui est précieux s’aime et se défend tel un enfant qu’on protège par nature.

L’Homme, fragile, pousse dans une Nature généreuse depuis les temps immémoriaux. Cette Nature, composite et variée, aussi responsable de la nature de l’Homme, dispense à ses hôtes les lois de l’harmonie et de l’équilibre.

Que ferons-nous par nature & que ferons-nous par destination ?

 

Plate-forme

Ecologie - Economie - Développement durable

mariniere.net est une plate-forme de publication collaborative libre, gratuite, indépendante et non idéologique à la disposition d'auteurs souhaitant communiquer des contenus d'intérêt auprès d' une audience active. La Marinière est la 1ère plateforme  à vocation écologique citoyenne.
Objectif
Agir pour un Monde propice à la Vie et favorable à l’ensemble des natures qui le composent.

 

Participer
Chacun faisant part insuffisante, certains plus que d’autres peuvent seuls & collectivement induire & produire le changement.

L’écologisme existe par la faute des hommes

Position actuelle

Sociétalement l’Homme contemporain est bercé des schémas de pensée structurés par le commerce et la finance qui le commandent. La science, la technologie, la santé, la guerre moderne, le transport, l’abondance matérielle et alimentaire, le luxe, la communication et la consommation “bonheur” constituent le motif existentiel d’une partie de l’humanité financièrement développée grâce aux énergies fossiles. Ce motif existentiel, sécuritaire et protecteur (à priori), formate et dirige la quête énergétique & économique d’une autre partie de l’humanité qui l’envisage par droit légitime, égalitaire et progressiste.

& repositionnement

Toute idée de nature obligatoire ou à obliger implique, par nature, le rejet et/ou l’objection. Toute révolte ou révolution implique des causes de souffrance ou d’injustice sans pour autant avoir légalité, légitimité ou connaissance de sa portée et conséquence.

L’écologie ne doit pas être considérée comme obligatoire par urgence. Elle peut être vue positivement comme un retard tombant à point nommé pour servir de charnière à l’évolution humaine. Si l’urgence implique l’initiative des sociétés humaines, la liberté des hommes à disposer d’eux-mêmes est en question.

Leurs choix libres devraient être prioritaires autant et pour peu que la liberté existe. Toute décision « anthropocènique » fonctionne avec les stratégies géographiques, ethniques, politiques, économiques, religieuses et culturelles des peuples en lien avec les richesses & ressources dont ils disposent au sein de la mondialisation.

L’appartenance au peuple du monde étrangement existe ; étrangement car parmi les conséquences belliqueuses de la nature humaine existe, heureusement, cette notion bienveillante.

L’écologisme n’est pas un acte de guerre et n’est pas imposable par l’arbitraire. Il est conscientisable, applicable, partageable et valorisable par volonté et unité.

Le désastre est tel que bien & mieux nous attend. Ou pas.

Plate-forme de publication

Labor Naturae #1blogmariniere

dernières contributions


Contributions #1

publications libres au service de l’économie locale et de l’écologie

Contributions libres Economie Ecologie

 

 

 

La Marinière

agitatrice d’activités de proximité pour l’économie locale

Juriste – Droit privé

Conseil adapté et rigoureux...

mapMarkerGrey Chemin de la Censive du Tertre...

Nettoyage voiture et véhicule Biotiful

Préparation de voitures pour la revente et pour le plaisir de conduire une voiture propre

mapMarkerGrey 16 Route de Pors Keraign, 2995...

Consommatrice de gaz à effet de serre : notre assiette.

Nos aliments proviennent principalement de la culture, de l'élevage et de la pêche dont les méthodes productivistes s'inscrivent dans les lois du marché que l'industrie agro-alimentaire (mondialisée et mondialiste) crée et développe pour servir des monopoles et des lobbies dans son intérêt. Ne nous cachons pas la face : les enjeux financiers sont colossaux.

Presque 30% des émissions de gaz à effet de serre proviennent de cette industrie, gaz auxquels s'ajoutent les risques chimiques, biologiques, environnementaux, occupationnels et sanitaires dont l'ensemble de la chaîne du vivant est victime.

Agir sur l'assiette est le principal levier des ménages pour diminuer l'empreinte carbone et réintroduire la bio-diversité dans les campagnes et les villes.

Acheter localement (en respectant en plus la saisonnalité des produits) apporte un bénéfice écologique conséquent en faisant profiter l'économie locale.

 

Source : L’effet de serre est dans nos assiettes